Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

T'as tes Tongs ?

World famous as "Got your flip flop ?" Quebecoise famous as " T'as-tu tes gougounes ?"

Publié le par MariTo et Bastien
Publié dans : #laos
Si phan don, les 4000 îles Pas de jeu de mot, respect !

De manière plus rapide que prévu, nous avons quitté le Cambodge (grâce à une force de caractère qui n'a d'égale que notre radinité, nous ne nous sommes pas acquittés de la taxe-racket de 2 dollars pour un service imaginaire) et atteint le Laos. L'employé qui devait nous prendre la température et nous faire payer ce nouveau service n'était pas là (urgente partie de cartes certainement) et nous voilà ! On troque « sousadaï » pour « sabaï dii », « arkun » pour « kop jaï » et c'est parti en tuk-tuk vers notre première destination, Don Det, une des 4000 îles dessinées par les bras du Mékong. Dès l'arrivée au port, on est sous le charme.

Si phan don, les 4000 îles Pas de jeu de mot, respect !Si phan don, les 4000 îles Pas de jeu de mot, respect !Si phan don, les 4000 îles Pas de jeu de mot, respect !
Si phan don, les 4000 îles Pas de jeu de mot, respect !

Notre premier choix de guesthouse se porte sur Paradise, qui nous propose des bungalows dont la petite terrasse est bâtie sur pilotis sur le Mékong... La route qui fait le tour de l'île (un chemin de terre pour être précis de quelques kilomètres) voit passer les vélos des enfants qui disent tous bonjour dans leur langue (plaisiiiir!), les buffles qui rentrent paisiblement de la pâture, les mobylettes des villageois et quelques touristes nonchalants. On entend bien que ça crie dans la cuisine derrière nous et que ça s'interpelle et que ça rigole mais, comment expliquer cette sorcellerie, nous voilà pris dans une vague de lenteur fort douce. Du hamac à une bière, de la bière au bouquin, qui dit bouquin redit hamac, et on se balance devant le Mékong qui peu à peu se peuple de reflets d'étoiles. Lorsque finalement on se met en route pour aller manger dans des restaurants de bambous aussi sur pilotis, les bruits -un peu inquiétants- de la jungle nous accompagnent et on se retrouve avec une tribu de canards à contempler la lune rousse qui se lève, presque pleine au milieu du champs d'étoiles qui l'attendait. Ce premier soir, Marie a vu, oui, une étoile filante si énorme et enflammée qu'elle a cru qu'elle allait ravager le continent voisin et qu'elle pourrait dire à son retour : « Oui, je l'ai vue ce soir-là ! ». Mais en fait non.

Si phan don, les 4000 îles Pas de jeu de mot, respect !

Avec la fête du village qui s'annonce pour la nuit suivante et la course de bateaux, le silence se fait un peu oublier, mais pas la lenteur. On aura essayé de participer un peu aux festivités mais notre oreille n'est pas encore faite aux rythmes laotiens et en plus avec notre rythme de poule, on n'a assisté qu'à la partie familiale de la fête, celle où on lance des fléchettes pour gagner des bonbons ou des bassines sur des bouteilles... Bref, si on en croit les récits des couche tard, il faut croire qu'on a rien vu ! Mais on a assuré une partie de l'ambiance en dansant avec les deux seuls candidats de la piste, ravis ! Si, ce qu'on a vu, c'est la fin de la fête le lendemain, un tas de laotiens qui se bousculaient pour ne pas tomber sur la piste, des tables couvertes de Bierlao et quelques laotiens avec qui nous avons appris à dire « Tom Jones » ou à peu près, ce qui signifie peut-être « cul-sec »... On a même croisé Iggy Pop, regardez bien, en arrière-plan, discret comme toujours...

Si phan don, les 4000 îles Pas de jeu de mot, respect !Si phan don, les 4000 îles Pas de jeu de mot, respect !
Si phan don, les 4000 îles Pas de jeu de mot, respect !Si phan don, les 4000 îles Pas de jeu de mot, respect !
Si phan don, les 4000 îles Pas de jeu de mot, respect !

Après toute cette agitation, nous décidons de nous retirer à la campagne et changeons donc de guesthouse. Chez Mama Leua, on peut traquer l'animal sauvage pendant des heures en attendant que le soleil se couche sur les rizières et que l'heure du bain des enfants nous signale qu'il est l'heure de se nourrir...

le vainqueur de tous ces animaux est ... Porculus, qui adoooore qu'on le gratouille derrière les oreilles.le vainqueur de tous ces animaux est ... Porculus, qui adoooore qu'on le gratouille derrière les oreilles.le vainqueur de tous ces animaux est ... Porculus, qui adoooore qu'on le gratouille derrière les oreilles.
le vainqueur de tous ces animaux est ... Porculus, qui adoooore qu'on le gratouille derrière les oreilles.le vainqueur de tous ces animaux est ... Porculus, qui adoooore qu'on le gratouille derrière les oreilles.
le vainqueur de tous ces animaux est ... Porculus, qui adoooore qu'on le gratouille derrière les oreilles.le vainqueur de tous ces animaux est ... Porculus, qui adoooore qu'on le gratouille derrière les oreilles.
le vainqueur de tous ces animaux est ... Porculus, qui adoooore qu'on le gratouille derrière les oreilles.le vainqueur de tous ces animaux est ... Porculus, qui adoooore qu'on le gratouille derrière les oreilles.le vainqueur de tous ces animaux est ... Porculus, qui adoooore qu'on le gratouille derrière les oreilles.

le vainqueur de tous ces animaux est ... Porculus, qui adoooore qu'on le gratouille derrière les oreilles.

Si phan don, les 4000 îles Pas de jeu de mot, respect !

Il nous faudra déployer des trésors d'énergie pour nous extirper de cette indolence mais les braves sont récompensés. A vélo nous rejoignons l'île d'à côté, Don Khon, par un pont. Une voie ferrée a été construite ici jadis par les français qui souhaitaient ouvrir un passage vers la Chine, voilà pour l'anecdote. On pédale ici vers Lii Phii, la cascade des esprits et sa plage de sable scintillant : c'est l'attraction du lieu avec les fameux dauphins d'eau douce que l'on a déjà vu au Cambodge. Mais les paysages de l'île sont un enchantement par eux-mêmes : un chemin presque cyclable dans la forêt nous amène à traverser des villages au milieu des arbres, à passer sur des ponts qui vous font retenir votre respiration et bénir finalement l'ingénieur qui a assemblé ces bambous qui ont su résister au moins jusqu'à votre passage, mais aussi sous des arbres, à travers des rizières baignées de soleil couchant, entre des enfants qui jouent aux billes, à côté de chiens qui dorment au milieu, précautionneusement entre les buffles très cornus, jusqu'à la mangrove qui voit le soleil se coucher...

Récompense ultime, comme pour notre dernière nuit au Cambodge, on a eu la visite d'une luciole virevoltant comme un esprit protecteur. Une splendeur on vous dit et c'est pas pour se vanter, mais on commence un peu à s'y connaître !

Si phan don, les 4000 îles Pas de jeu de mot, respect !Si phan don, les 4000 îles Pas de jeu de mot, respect !
Si phan don, les 4000 îles Pas de jeu de mot, respect !Si phan don, les 4000 îles Pas de jeu de mot, respect !
Si phan don, les 4000 îles Pas de jeu de mot, respect !Si phan don, les 4000 îles Pas de jeu de mot, respect !
Si phan don, les 4000 îles Pas de jeu de mot, respect !Si phan don, les 4000 îles Pas de jeu de mot, respect !
Si phan don, les 4000 îles Pas de jeu de mot, respect !Si phan don, les 4000 îles Pas de jeu de mot, respect !
Si phan don, les 4000 îles Pas de jeu de mot, respect !Si phan don, les 4000 îles Pas de jeu de mot, respect !
Si phan don, les 4000 îles Pas de jeu de mot, respect !Si phan don, les 4000 îles Pas de jeu de mot, respect !
Si phan don, les 4000 îles Pas de jeu de mot, respect !Si phan don, les 4000 îles Pas de jeu de mot, respect !
Si phan don, les 4000 îles Pas de jeu de mot, respect !

Commenter cet article

Hébergé par Overblog